Exégèse

Exégèse Rêve de jeux

Exégèse est un jeu de cartes se laissant modeler rapidement et efficacement afin de correspondre aux attentes des joueurs, sans exclure pour autant l’effet de surprise, l’inattendu. Vous espérez jouer en équipe, chacun pour soi ou encore ensemble contre le jeu ? C’est possible et le choix est vôtre… mais, si en cours de partie un joueur change d’avis ? Il peut essayer de convaincre les autres joueurs !

Les cartes

7 pik ADN JeuxLes cartes Exégèse se répondent, se complètent et s’amendent en demandant aux joueurs de recourir à leurs souvenirs, envies et premières impressions. Elles constituent un squelette modulable que seuls les joueurs peuvent doter d’une âme et  habiller de chair.
La carte posée sur la table propose diverses conditions de victoire. Il faut choisir ! Pour cela vous disposez d’autres cartes pour vous aiguiller et vous inspirer.

e0 code ADN JeuxIl s’agit d’un jeu révélant la force créatrice de votre perception du monde et de votre volonté. Il n’est pas besoin d’effort pour créer !

Les cartes parlent par le biais d’icônes et d’images et non de phrases. Afin de leur donner un sens, l’interprétation est essentielle. Or, l’interprétation est créatrice.

Exégèse a un potentiel de rejouabilité quasi-inépuisable. Se calquant sur  la personnalité et l’humeur des joueurs, le jeu sera méconnaissable d’une partie à l’autre. Ceci est d’autant plus vrai si le groupe de joueurs varie.
Il s’agit d’une boîte à outils, incitant à piocher dans les souvenirs de chaque joueur (consciemment) ainsi que  dans leur façon propre de percevoir les symboles (inconsciemment). Ce réservoir à idées est inépuisable car changeant d’un jour à l’autre.

Ce jeu soigne son aspect polymorphe sans être neutre ou sans personnalité, ni perdre en cohérence.

Les principes centraux du jeu étant l’interprétation, la communication et le compromis, tout risque d’incohérence  est gommé, parfois même inconsciemment, lors du processus de réflexion commun effectué par les joueurs.

Il n’y a pas de façon de jouer prédéterminée ou juste.  Il vous revient de découvrir en jouant, comment vous aimeriez jouer.

Une fois que l’on s’est affranchi du réflexe exégétique (la  recherche de ce que les auteurs du jeu avaient en tête lors de la création de telle ou telle carte), Exégèse déploie son plein potentiel. On tente alors de justifier par les cartes l’idée que l’on aimerait partager, ou inversement, on se laisse guider par les cartes en faisant pleinement confiance à sa propre interprétation.

Exégèse, tout en étant un jeu, est également un générateur de jeux. Il est donc possible de noter les règles de certains jeux qui vous ont tout particulièrement plus pour y rejouer ultérieurement, en dehors du moteur créatif d’Exégèse.

Une seule chose n’est pas soumise à la volonté des joueurs : l’état d’esprit qu’Exégèse espère transmettre.

Il s’agit de mener les joueurs d’une réflexion exégétique (soit la recherche du sens pré-contenu dans le jeu) vers une optique créatrice (le sens que l’on souhaite donner au jeu).
Exégèse signifie interprétation d’un texte ou encore analyse interprétative d’un texte et de la pensée de l’auteur. Ce nom fut choisit car les règles des jeux sont souvent considérées par les joueurs comme immuables et impératives au point qu’ils n’osent pas les changer, même si elles leur déplaisent.
Dans Exégèse les textes de règles sont remplacés par des images et des icônes, rendant l’interprétation incontournable au jeu, dans le but d’instiller progressivement une optique relativisant l’importance des règles et un état d’esprit qui ne rechigne pas à modifier, améliorer et enfin créer.

Ainsi, par la réflexion, la concertation et le compromis, cette approche permet de rendre les expériences ludiques en général plus agréables. Un joueur ayant assimilé l’esprit d’Exégèse ne devrait plus prendre part à une dispute concernant les règles d’un autre jeu mais proposerait plutôt des règles provisoires, crées spécifiquement pour la partie en cours, conservant ainsi le plaisir de jeu.
De là, il n’y a qu’un pas vers l’encouragement à créer ses propres jeux, sans craindre de les présenter à des amis avant même qu’ils ne soient aboutis, afin de profiter de l’efficacité étonnante d’une réflexion commune.

  En essayant d'assimiler au mieux l'esprit d'Exégèse, tel qu'il vous est présenté dans la note d'intention du livret de règles. 
Il ne faut pas chercher l'intention des auteurs dans les cartes Exégèse : il s’agit plutôt de donner aux cartes un sens qui vous est propre.

L’esprit d'Exégèse conduit à résoudre les problèmes par la réflexion commune.

 

1 - L’idéal est de transformer les incertitudes en forces du jeu. 

2 - Si ce n’est pas possible, il convient de recourir au compromis.

3 - Toujours en désaccord ? Laissez le hasard vous éclairer.

 

Vous pouvez ainsi recourir au shifumi, au pile ou face, aux dés, à la plus forte valeur de carte, etc.

Changez les règles en cours de partie ! Et surtout, tentez de convertir les difficultés en avantages : trouvez des règles qui mettront rapidement un terme au problème, tout en rendant le jeu le plus amusant possible, mais qui ne nieront pas la progression que chaque joueur a déjà effectué.

 

Par exemple: votre jeu consiste à remplir une grille de mots croisés plus rapidement que l'autre équipe. La situation s’éternise et certains joueurs doivent partir dans 10 minutes.
Vous pouvez choisir de piocher une carte Inspiration et décider que ceux qui ont rempli le plus de mots correspondant à ce qu’elle représente ont gagné.
Ainsi, vous relancez la partie dans une direction différente, vous l'accélérez en ajoutant un élément de chance, tout en prenant en compte l’avance que pouvait avoir une équipe sur l’autre.

 

Autorisez-vous encore 2 minutes pour tenter de rajouter des mots en tenant compte de votre nouvelle règle.

Quand vous créez un jeu, vous pouvez en effet être tenté de le construire de telle façon à ce que vous ayez un avantage.

Par exemple : Vous êtes passionné de géographie et vous proposez un jeu de devinettes sur les pays.
Dans ce cas, la conduite à tenir dépend des préférences de votre groupe de joueurs : s'ils apprécient la difficulté et qu'ils sont eux-mêmes prêts à vous tendre des pièges similaires, ne vous gênez pas.

Si vous ne connaissez pas les préférences des autres joueurs, posez leur la question. Si tout le monde n'est pas prêt à jouer ainsi, il vaut mieux créer des règles impartiales.

C'est vous qui décidez, tout est possible !    La condition de victoire n’est plus de remporter 5 manches ?  Et vous en aviez déjà gagné 4… Dans ce cas, vous pouvez proposer que vos points soient convertis en "jokers" vous offrant plus de temps que les autres joueurs.   Vous pouvez solutionner toutes les difficultés rencontrées lors de changements de condition de victoire en cours de partie en suivant ce type de réflexion.